accueil

+ Les personnages
+ Images du manga
+ Images de l'anime
+ Les épisodes
+ Les cellulos

+ Les personnages
+ Images du manga
+ Images de l'anime
+ Images du roman
+ Les épisodes
+ Les cellulos

+ Les personnages
+ Images du manga
+ Images de l'anime
+ Les épisodes

 


1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

 

Chapitre 6 : Arras

     Le trajet vers Arras fut particulièrement silencieux et lent, chacun des deux amis était plongé dans leurs pensées... Oscar menait un rythme tranquille pour permettre à André de la suivre. Il se tenait voûté sur son cheval et ressemblait plus à un débutant qu'à un cavalier émérite ! De temps en temps, il s'accrochait aux rennes quand une nouvelle quinte de toux le saisissait. Oscar se retournait toujours, une légère pointe d'inquiétude dans les yeux, elle surveillait l'évolution de l'état d'André.

     Il commençait à broyer du noir. Après sa déclaration, il avait espéré une réponse. Et puis il y a eu l'intrusion de ce berger, et maintenant, tout est à refaire. André, fatigué par son état de santé, ne trouvait pas le courage de parler à Oscar. En fait, il redoutait une nouvelle confrontation et avait peur des faux espoirs... Il avait remarqué qu'Oscar s'était retranchée dans un mutisme proche de celui dans lequel elle se tenait en pensant à Fersen.

     Arrivés aux grilles du domaine, dans le début d'après-midi, Oscar brisa le silence.

 - "André, je pars chercher le docteur, est-ce que tu pourras regagner ta chambre seul ? Faut-il que j'appelle Marguerite ?

 - Ecoute Oscar, ce n'est qu'un petit rhume. J'ai juste besoin d'une bonne nuit de sommeil. Ca ne te va pas de jouer aux nounous ! , grogna André qui ne supportait plus de se montrer faible devant Oscar.

 - Bien, puisque tu le prends ainsi, débrouille-toi tout seul !", cria-t-elle en éperonnant son cheval.

     Puis elle galopa jusqu'au manoir, laissa son cheval devant la porte d'entrée et disparut rapidement dans l'ouverture. Quand André arriva au perron, la brave Marguerite l'attendait en souriant. Il la salua et prit le temps d'amener les chevaux à l'écurie. Puis, il monta jusqu'à sa chambre, située à l'étage. Il s'arrêta devant la porte d'Oscar, celle-ci était close. Il écouta un moment, hésita longuement, leva la main pour frapper. Il était décidé à s'excuser pour ses paroles brusques, il voulait la voir … mais il baissa lentement la main. Puis il regagna sa chambre, d'une démarche fatiguée, en claquant la porte.

     Oscar l'avait entendu gravir les marches et savait qu'il était juste derrière la porte. Au plus profond d'elle-même, elle désirait qu'André entre. Elle voulait lui parler, lui dire qu'elle avait eu tord de s'emporter, que sa santé la préoccupait … Et André était parti.

     "Idiot !", lâcha-t-elle en se laissant tomber sur le lit.

     Oscar et André s'étaient tous les deux écroulés de fatigue et avait passé un moment de repos bien mérité. Vers dix-neuf heures, Marguerite alla les chercher pour le dîner. Elle eut toutes les peines du monde à réveiller le pauvre André, aussi, décida-t-elle qu'il mangerait dans sa chambre. Oscar descendit tout de même souper et s'étonna de ne pas trouver son compagnon. Elle demanda donc de ses nouvelles à la gouvernante du manoir.

 - "Marguerite, dis-moi, comment va André ?

 - Il est très fatigué, mais je pense que dès demain matin, vous pourrez à nouveau faire des galopades sur la plage et continuer à ferrailler. Je lui ai fait monter la soupe miracle d'Edith, la cuisinière. C'est grâce à ce breuvage que je vous avais guérie de votre grippe quand vous aviez treize ans.

 - En effet, je crois alors qu'André a toutes les chances de se remettre très rapidement, répondit Oscar en souriant, si toutefois il survit au goût infecte de ce bouillon.

 - Mademoiselle Oscar ! ", s'indigna Marguerite.

     Le repas fut rapidement terminé et Oscar ressentit, comme à chaque fois qu'elle venait à Arras, le besoin de se promener sur la plage. Il lui restait encore environ deux heures avant le coucher du soleil, elle partit donc aussitôt retrouver l'océan qu'elle aimait tant.

     Elle arriva rapidement à destination. Elle descendit de cheval, le tint par la longe et marcha d'un pas tranquille et apaisé. Les yeux fixés sur le rivage, elle suivit la limite des vagues puis se dirigea vers son endroit favori. Elle s'écarta de l'océan pour remonter vers trois piquets alignés sur le sable. Elle attacha le cheval autour du plus petit d'entre eux et s'assit en s'appuyant contre le plus grand. Elle remonta ses jambes contre sa poitrine et les entoura de ses bras. Elle respira longuement et attendit le moment de grâce qu'elle espérait trouver.

     Au-dessus de sa tête, on voyait plusieurs petits traits horizontaux à moitié effacés. En examinant de plus près, on pouvait déchiffrer un "O" ou un "A" à côté de ses traits. C'était à cet endroit qu'André et Oscar marquaient chaque année l'évolution de leur croissance. Ils avaient arrêté ce petit jeu vers l'âge de 12 ans mais Oscar ne pouvait s'empêcher de revenir s'asseoir ici chaque fois qu'elle passait à Arras. Nostalgie ou fétichisme, elle ne saurait le dire. En tout cas, à chaque fois qu'elle s'y installait, elle finissait par oublier tout ce qui n'était pas la mer.

     Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Elle ne pouvait penser à autre chose qu'André.

     Même le spectacle tant attendu du soleil se couchant à l'horizon n'arriva pas à lui faire oublier les aveux de son compagnon. Elle se demandait comment elle avait fait pour ne pas rendre compte plus tôt de l'amour qu'il éprouvait pour elle. Elle pensait le connaître par cœur, jamais elle ne s'était doutée de quoi que ce soit. Il est vrai qu'elle était trop occupée à regarder le beau suédois !

     Puis, elle réfléchit sur ce qu'André pouvait bien lui trouver. Elle était bien plus grande que les femmes de son entourage, elle ne possédait que très peu de manières féminines, elle ne savait que se battre à l'épée et tirer au pistolet, elle fréquentait les tavernes… Non, plus elle y réfléchissait, moins elle trouvait de raisons qui avaient pu pousser André à l'aimer.

     Soudain, elle pouffa nerveusement en s'apercevant qu'elle seule possédait toutes les données du problème. Le pauvre André n'était pas encore complètement sûr des sentiments qu'Oscar avait pour lui. Elle se leva en secouant le sable collé à ses vêtements, caressa la marque la plus haute du poteau en souriant.

     "André, mon André a grandi … Il a fallu qu'il tombe malade pour que je m'aperçoive des sentiments que j'éprouve pour lui. Décidément, je ne ferai jamais rien comme tout le monde ! Comment cela va-t-il se terminer ?", pensa-t-elle.

     Il fallait qu'elle trouve une solution, elle ne voulait plus qu'André reste dans l'incertitude. Elle s'installa sur son cheval et regagna le domaine à vive allure.

 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

 

+ City Hunter
          - Trafic
          - Nouvelle cliente
+ Versailles no Bara
          - Pluie d'orage
          - L'âge de raison

+ Winamp skins
+ Dolls
+ Settings

+ City Hunter
+ Cat's Eye
+ Versailles no Bara
+ Divers

+ email
+ livre d'or



Layout: Lovely Designs
Brushes: Digital Bristle


Site By: Sweet Hitomi