accueil

+ Les personnages
+ Images du manga
+ Images de l'anime
+ Les épisodes
+ Les cellulos

+ Les personnages
+ Images du manga
+ Images de l'anime
+ Images du roman
+ Les épisodes
+ Les cellulos

+ Les personnages
+ Images du manga
+ Images de l'anime
+ Les épisodes

 


1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9

 

Chapitre 6 : Inconscience

      Le professeur arriva sur les lieux dix minutes à peine après l'explosion. Rapidement,il rassura les deux jeunes femmes : les vilaines plaies étaient pour la pluspart très superficielles et n'avaient atteint aucun organe vital ! Il leurlaissa tout le nécessaire pour soigner les blessures de Ryô et l'assurance qu'il ne tarderait pas à se réveiller : "Un grand gaillard comme lui ne reste pas longtemps inconscient quand deux beautés s'occupent de lui", conclut-il en lançant un clin d'œil en direction des deux jeunes femmes.

     Une fois que le doc eut quitté la pièce, Kaori décida de prendre en charge, seule, son partenaire. Mais Yoriko ne l'entendait pas de cette oreille et insista pour rester. Kaori fut contrainte d'accepter, reléguant à plus tard toutes les questions concernant la relation ambiguë entre son partenaire et cette inspectrice.

      Allongé sur le ventre, complètement ignorant de ce qui se jouait au-dessus de sa tête, Ryô dormait, totalement ensuqué par les somnifères. A nouveau son subconscient le ramenait huit ans en arrière… Mais cette fois-ci, il fut assailli par des flashs courts et successifs.

------------------------------------------------------------------

      Il se revit deux jours après son arrestation, Ryô circulait tranquillement dans les rues de la banlieue de Tôkyô quand son attention fut détournée de la circulation : son "radar" venait de détecter une beauté sur le trottoir d'en face. Aussitôt, les réflexes de Ryô s'enclenchèrent et il se débrouilla pour traverser la chaussée le plus rapidement possible afin de ne pas perdre "sa proie"

      Au moment où il s'apprêtait à quitter son véhicule pour rejoindre la jeune femme convoitée, il entendit un coup de sifflet strident. Il passa la tête à travers la vitre pour voir d'où venait ce bruit et aperçut une silhouette menaçante qui se tenait juste derrière la voiture. Une jeune policière l'apostropha, les mains sur les hanches en signe de défi :

 - "Vous êtes vous rendu compte que vous venez de griller un feu rouge !

 - Oh, pardonnez-moi, mademoisell…",

      Ryô s'arrêta car il venait de reconnaître la policière qui était responsable de son incarcération. Il se mit alors à vociférer de plus belle :

 - "Mais c'est à croire que vous me suivez ma parole !

 - Je dirai plutôt que vous faites tout pour vous faire arrêter, un peu plus et vous provoquiez un accident ! , gronda Yoriko

 - Je crois que finalement je n'ai pas enfreint la loi pour rien puisque ça nous permet de nous revoir et j'avoue que je préfère votre tenue d'hôtesse de bar à celle de flic ! ", ajouta Ryô en la détaillant des pieds à la tête.

      Yoriko, toute à sa colère face à cet énergumène, ne s'était pas rendue compte qu'elle se tenait maintenant en plein milieu de la route. Ryô sortit brutalement de la voiture, se jeta sur elle, la projetant sur le trottoir au moment où un camion arrivait à toute allure ! Yoriko se redressa légèrement sur ses coudes et s'aperçut que Ryô, en voulant la protéger, avait fini par atterrir les mains sur sa poitrine ! Reprenant aussitôt ses esprits, Yoriko se débarrassa de Ryô grâce à un coup de pied bien placé…

      Ryô se massa consciencieusement l'entrejambe et grogna contre le manque de reconnaissance de la policière. Il recommença à la harceler et exigea un rendez-vous en guise de dédommagement. Un peu gênée par sa réaction brutale, Yoriko finit par accepter de prendre un verre ensemble dans un café branché tenu par trois superbes sœurs (euh, pardon mais c'était plus fort que moi !!!).

------------------------------------------------------------------

      Puis sans aucune transition, Ryô se retrouva dans la boite de nuit branchée des années 80 "le Moëbus" où il avait invité la policière une semaine plus tard. L'ambiance qui régnait dans ce lieu était électrique car il était réputé pour sa musique rock et son joli lot de jeunes femmes prêtes à tout pour se faire remarquer et devenir célèbres. Le pauvre Ryô ne savait plus où donner de la tête tant il y avait de beautés présentes.

     L'œil réjoui, il se plaisait à détailler de la tête aux pieds les "proies" potentielles et les comparait à sa cavalière. Décidément, il n'aimait pas trop les charmes des jeunes femmes trop sophistiquées, maquillées à outrance qui semblaient sortir d'un magazine de mode. Il préférait le charme discret, naturel et frais de Yoriko qui n'avait besoin d'aucun artifice pour être belle et faire tourner la tête à plus d'un.

      Il remarqua quand même une sculpturale beauté qui se tenait appuyée contre un pilier. Il ne la voyait que de dos, et pour tout dire, cette vue lui suffisait amplement : son intuition ne se trompant jamais, cette femme est sûrement la plus belle de la boite. Malheureusement pour Ryô, elle discutait avec un homme qui se tenait à l'ombre du poteau et ils dégageaient une telle complicité et sérénité que rien ni personne n'osait s'immiscer entre eux deux.

      L'étalon de Shinjuku secoua sa tête pour reprendre ses esprits, se concentra sur son invitée et commença à discuter avec elle. Apprivoiser Yoriko n'avait pas été chose facile car la policière gardait ses distances face à un homme qui était un peu de "l'autre côté de la barrière" et qui draguait tout ce qui portait une jupe. Cependant, l'atmosphère avait fini par être plus détendue et, l'alcool aidant, Ryô réussit à traîner la jeune femme sur la piste de danse juste au moment des slows (tu parles d'une coïncidence !).

      Yoriko arriva tant bien que mal à maintenir Ryô à une distance convenable (il y a du monde autour que diable !) durant la première danse, puis elle se laissa envelopper totalement dans ses bras puissants. Elle posa sa tête sur l'épaule du nettoyeur et se laissa aller.

      "Enfin !", pensa Ryô, dont le visage commença à adopter cette allure perverse bien connue. Ses doigts ne purent rester tranquilles autour de la taille de la jeune femme et commencèrent habilement une descente vers une partie un peu plus charnue et rebondie. Fatale erreur ! Plus surprise que choquée, Yoriko se sépara brusquement de son cavalier et le repoussa, un peu trop brutalement.

     

 

      Ryô rebondit alors de danseurs en danseuses, comme dans un flipper humain et atterrit tout contre la poitrine du super canon qu'il avait repéré un peu plus tôt.

 

     Il se releva précipitamment et s'aplatit face contre terre en s'excusant. Ce fut une voix familière qui lui répondit :

 - "Je ne connaissais pas cette façon d'aborder une jolie femme. Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleur… cher partenaire !

 - Maki… mais qu'est-ce qu…

 - Je crois que nous n'arriverons jamais à trouver un moment de tranquillité, soupira Saeko en vidant le contenu de son verre sur le visage de son agresseur.

 - Ah !!! Ma beauté !!! Laisse donc ce triste sire de Makimura et finit la soirée avec moi, supplia Ryô en se traînant aux pieds de l'inspectrice.

 - Humm, Humm… Bon, je crois que je suis de trop alors, bonne soirée ! ", conclut Yoriko en s'éloignant.

      Ryô lâcha les jambes sublimes de Saeko et partit à la poursuite de sa cavalière en hurlant des excuses plus ridicules les unes que les autres.

      Hideyuki éclata de rire et se rapprocha doucement de sa cavalière. La belle alors glissa son bras autour de la taille de son ancien coéquipier et l'emmena au milieu des danseurs. Les joues du jeune homme rosirent dès qu'il sentit le contact tiède des mains de Saeko contre sa chemise. Il tenta de garder sa contenance et son flegme mais il se sentit fondre dès qu'il croisa le regard de la belle. Au centre de la piste de danse, ce couple captivait bien des regards. Peut-être était-ce du au fait que la plus belle femme présente dansait avec un homme qui ne dégageait pas au premier abord beaucoup de charme ? Ou bien parce qu'ils semblaient vraiment seuls au monde à cet instant bien précis ?

      

     En tout cas, Makimura sentit son cœur cesser de battre lorsque sa partenaire se lova tout contre son épaule et déposa un furtif baiser contre son cou…

      Un peu plus loin, après l'avoir fait attendre plus de 20 minutes devant sa porte en la suppliant de lui pardonner, Yoriko finit par laisser entrer Ryô dans son appartement, pour ... un dernier verre ...

 

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9

 

+ City Hunter
          - Trafic
          - Nouvelle cliente
+ Versailles no Bara
          - Pluie d'orage
          - L'âge de raison

+ Winamp skins
+ Dolls
+ Settings

+ City Hunter
+ Cat's Eye
+ Versailles no Bara
+ Divers

+ email
+ livre d'or



Layout: Lovely Designs
Brushes: Digital Bristle


Site By: Sweet Hitomi